TERMINUS @LA CARENE - BREST avec LAST TRAIN + WE HATE YOU PLEASE DIE + THE CHAPAS

De 18.00€ à 24.00€

TERMINUS @LACARENE - BREST

Brest, on n’y passe pas… on y va, Brest c’est le terminus, la destination finale. Alors, montez dans le dernier train, mesdames, messieurs, attention à la fermeture des portes :

Le train BRE | numéro | 29 | à destination | de BREST | départ | 20 heures 30 | partira | Grande Carène |

Il desservira : Last Train, The Chapas et «WE HATE YOU PLEASE DIE». Attention, nous rappelons aux voyageurs, de bien s’accrocher ce train rencontrera des turbulences garage punk et des guitares sous tension. Au passage du train, rapprochez-vous de la bordure de la scène s'il vous plaît, ça va souffler, vous faire vibrer, pas une minute d’arrêt même à Plouaret. Nous vous rappelons que le wagon bar restera ouvert toute la soirée.

Nous vous souhaitons un agréable voyage !

//Vous vous situez maintenant au point kilométrique (PK) 622,422 de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest// 

LAST TRAIN

Des yeux qui n’en finissent plus de sonder le calendrier, des talons qui frappent le sol frénétiquement et des guitares qui réclament leur libération du studio. Autant de signes qui trahissent l’impatience féroce de ceux qui n’ont connu que la route pendant trois ans et 350 concerts à travers la France, l’Asie ou les Etats-Unis. Last Train s’est construit sur scène, s’est façonné au rythme enragé des tournées et a signé le premier chapitre de son histoire, « Weathering » , entre deux aires d’autoroutes.

De la scène du Bataclan aux plus importants festivals du globe, les quatre membres du groupe, qui ont d’une fratrie tout sauf le sang, ont marqué le rock français au fer rouge.
Une course effrénée jusqu’au feu rouge, en 2018, pour reprendre son souffle, compter les kilomètres parcourus et envisager la suite du chemin. Une année pour mûrir le successeur du premier album, une année pour mûrir tout court. Passés de l’adolescence à la vie de jeunes adultes plus rapidement que prévu, les quatre garçons découvrent les vertus d’un temps qu’ils
n’ont jamais pu prendre. Un temps nécessaire pour développer leur propre maison de disque et agence de booking, donner vie à un festival à leur image, mais aussi et surtout pour redonner du sens à la musique.

S’émanciper des clichés du rock pour en dévoiler la plus pure essence : un moyen d’expression avant d’être un genre, une source inépuisable de voies à emprunter.
« The Big Picture » , qui est sorti à l’aube de l’automne 2019, est une fresque de paysages et d’espaces qui n’ont que faire des limites et des frontières. Un regard porté sur l’ensemble, l’illustration d’une vision au-delà de la ligne d’horizon. Mais cet album est aussi celui de l’intime, une exploration en profondeur, une confession. Et de l’introspection naît la mélancolie, la fureur et le frisson.

Intenses, fatalistes et toujours sincères, les onze titres qui composent ce nouveau chapitre sont le résultat d’une démarche que Last Train a voulu réfléchie, moins précipitée et définitivement assumée. Il semblerait presque que la Norvège, terre d’accueil de l’enregistrement de l’album, lui ait donné de sa lumière si particulière, furtive mais puissante, majestueuse et contrastée.

- Elsa Montabrun

WE HATE YOU PLEASE DIE

Remettre la fureur au goût du jour à grands coups de fuzz sans oublier quelques gouttes de pop. Moyenne d’âge 24 ans, We Hate You Please Die recherche une certaine transe, celle qui ne s’encombre pas des genres même si la base garage/punk/rock est bien là.

Du brut et de l’électricité, la volonté de concerts énergiques et cathartiques durant lesquels l’équation se ferait avec Ty Segall, les Cramps, Fucked Up ou The Vines. La viscéralité et l’émotion sont la base du projet, le groupe est engagé et attentif aux questions sociétales et environnementales.

Une bouffée d’oxygène, la tension nécessaire, dents serrées, cordes vocales rougies, airs bon enfant, lutins bondissants, boucles blondes, brunes, bleues, des filles, des garçons, des garçonsfilles et des fillesgarçons, on s’en fout, l’époque
est transgenre. Un goût de métal dans la bouche, mais chaud et sucré.

En colère WHYPD… Mais une colère bienveillante, nourrissante, vitaliste, solaire, comme si Son Goku se prenait pour Iggy Pop, ou si Hulk vous susurrait à l’oreille « i feel lonely ». We hate you… please die.

Originaire de Rouen, le groupe a sorti son premier album intitulé Kids are Lo-fi en octobre 2018, enregistré à Rouen avec Adrian d’Epinay (MNNQNS) et Hugo Magontier(SerVo),pour entamer plusieurs séries de concert afin de défendre sa première livraison.

Le groupe est parrainé par le salle du 106 à Rouen.
Lauréat du tremplin John Session Beauregard 2019 et selectioné aux Inouis du printemps de Bourges 2019.

THE CHAPAS

THE CHAPAS, c’est Swann YDE, batteur/chanteur et Iolo GURREY à la guitare et aux choeurs. Si vous connaissez l’efficacité des duos guitare/batterie à l’instar de groupes tels que The White Stripes, The Black Keys, etc… eh bien THE CHAPAS ne dérogent pas à la règle !

C’est pourtant une route sensiblement différente que tracent les deux compères, pour créer leur propre son, nourri d’influences diverses, puisées naturellement dans le rock des 60’s. Le verdict est sans appel : “Un blues rock volcanique qui retourne la scène” ! Car oui, THE CHAPAS est un groupe qui excelle en live. Ne faisant aucune concession sur l’énergie, ils
nous livrent un blues énervé, pourtant emprunt de sensibilité et de vérité, à l’image de leurs influences : The Doors, Hendrix, Black Sabbath ou encore The Stooges. Un vrai régal pour les aficionados !

ArtisteLAST TRAIN + WE HATE YOU PLEASE DIE + THE CHAPAS
Ville

BREST : La Carène

Dates

BREST : Samedi 24 octobre 2020

Horaires20h30

Informations et tarifs

Placement Libre

Tarif normal : 24.00€ 
Tarif réduit : 22.00€
Tarif abonnés Carène : 18.00€